FRIDAY / VENDREDI / VRIJDAG 20/04

OPENING 19H00

20h00 : Lenny Pistol

Lenny Pistol fait de la musique minimaliste : une guitare, des beats ambiants et une voix très touchante. On le considère un peu comme le Kring Krule belge.

21h00 : Jeremy Walch 

Echappé en solo de Lucy Lucy et Paon, Jeremy Walch est ce guitariste racé, puriste du rock nonchalant et foutraque, amoureux du verbe non sense et des mélodies bluesy cool. Après un premier EP très remarqué et un voyage initiatique en Australie, on a hâte de découvrir ses nouveaux morceaux.

22h15 : The Psychotic Monks (FR) 

La transe sur scène, sans aucun autre artifice que le grondement qu’ils propagent, The Psychotic Monks c’est quatre énergies qui se fondent pour produire un rock psychédélique, à la fois furieux et fragile qui vous emporte pour un rite de passage à travers leur univers noir et onirique.
C’est parfois comme un shoot de stimulant psychotrope, parfois comme une longue et douloureuse redescente, et parfois comme ce moment indescriptible et mystique où on est à mi-chemin entre la réalité et l’au-delà.

The Psychotic Monks lauréats du prix Chorus 2018, tremplin destiné à repérer des nouveaux talents des « musiques actuelles ». Ils seront  prochainement au Great Escape Festival à BRIGHTON (UK)

23h15 : Everyone Is Guilty

Everyone is Guilty est le carnet de route de Mirco Gasparini dans la country alternative mystique du Denver sound, le folk aride des Appalaches, le blues hanté du Gun Club.

Ses fables extatiques, loin de passer pour des exercices de style, témoignent au contraire du talent de songwriting de Mirco qui, s’appropriant les gestes et les codes d’une culture où il n’est jamais qu’en visite, va en fin de compte se confronter à lui-même, à ses craintes, ses obsessions et ses aspirations à la lumière.

Album enregistré aux USA prévu pour l’automne 2018.

00H20 : Bonne Aparte (NL)

Bonne Aparte a eu un impact sur la scène underground hollandaise en 2007… Mais le groupe s’est arrêté rapidement malgré le succès… Après presque 10 ans de pause, les Rotterdamois reviennent avec un son lourd aux guitares électriques agressives créant un cocktail explosif un peu à la manière d’un groupe comme Cocaine Piss. Leur nouvel album SCALPS compte 11 morceaux pour 24 minutes de rock condensé…

SATURDAY / SAMEDI / ZATERDAG 21/04

OPENING 15H30

16h00 : BINI (lauréate du prix Houtain Rock Concours du F.Dans le Texte en 2017)

Bini est née il y a moins de 20 ans, à Liège. Depuis, elle chante un peu partout, tout le temps.

Début 2015, elle pose des mots français sur des accords universels, histoire d’emballer des morceaux tout fou et un peu foutraques.

Joués pour la première fois sur scène voici 2 ans, ces titres s’alignent aujourd’hui au départ du concours DFDT. La guitare de Bini s’appelle Sandy. Quand elle chante, les gens rigolent. Certains pleurent, d’autres s’en foutent. Bref, Bini ne laisse pas indifférent. Sensation garantie.

17h00 : Mademoiselle Nineteen

En 2012, une Lolita mignonne comme un coeur évoquait ses premiers émois amoureux sur fond de guitares yéyé et des refrains lipstick pop signés Jacques Duvall, pygmalion au chapeau de cow-boy et au pedigree royal. Cinq ans, cinquante concerts, une présence massive dans les festivals belges, une tournée en Chine, des titres en playlist anglaise et une valise de souvenirs plus tard, Mademoiselle Nineteen a jeté ses sucettes à l’anis. Elle s’est trouvé une âme rock dans les brumes vaporeuses de Liverpool. C’est là, dans la cité portuaire du nord de l’Angleterre, berceau des Fab Four, d’Echo And The Bunnymen, de The La’s ou encore de The Pale Fountains, qu’elle a enregistré son nouvel album Liverpool. Soit, dix chansons qui sentent le soufre, la sueur, l’urgence, la féminité et l’insouciance.

18h00 : Chouval Brass

Chouval Brass propose un répertoire de compositions ensoleillées, énergiques et aux arrangements foisonnants. Ce groupe belgo-carribéo-latin funk puise son énergie dans les grooves et les styles musicaux d’Amérique Latine et des Caraïbes (cumbia, merengué, reggae, salsa, mambo, calypso, etc.).

19h00 : BLONDY BROWNIE
Échappées de quelques fameuses formations bruxelloises (Soy Un Caballo, Melon Galia, Mièle), Aurélie Muller et Catherine De Biasio inventent une pop à tiroirs dont les dynamiques tirant parfois vers le kraut ne ramènent jamais au sol le nuage vaporeux sur lequel Broadcast et Stereolab font de la vespa avec Animal Collective. Depuis début 2016, le duo publie régulièrement des morceaux sur Internet. Chacun d’eux est le résultat d’un featuring avec un homme, différent pour chaque chanson : Timothée Philippe (BRNS), Olivier Marguerit (O.), Philippe Katerine, Antoine Wielemans (Girls in Hawaii), John McEntire (Tortoise),… sont passés par le groupe le temps d’un titre. Toutes ces collaborations sont compilées sur le premier album de Blondy Brownie, Almanach, sorti le 24 novembre 2017 chez Luik Records.

20h00: OKAPI & THE ARCHITECTS

Animés par le même désir de partager leur musique, rassemblés par des influences communes: Soul, R&B, Hip-hop en passant par la Bossa Nova ou encore le Jazz,qui se mélangent et se servent les unes des autres. C’est de cette mixité qu’est née leur identité si singulière ! Après avoir enchainé quelques concerts dans leur région d’origine, Liège, ils se présentent comme candidats au Tremplin des Fêtes des Solidarités 2015. Plébiscités par le jury, ils participent à la finale du concours et en ressortent grands vainqueurs. Cette victoire leur permet d’enregistrer leur premier EP « Walking », sorti en juin 2016. En septembre 2017, le groupe sort son deuxième EP « Holy Garden». Il y dévoile un son marqué de la maturité et de l’expérience à travers un univers toujours aussi métissé, où la soul flirt avec la soukouss et la bossa-nova avec le RnB.

21h00 : NOA MOON

A rencontrer Noa Moon, ce qui frappe le plus fort et d’abord, ce sont ses yeux bleus pétillants. Ceux qui déjà nous fixaient sur la pochette de « River », son tout premier EP. Cinq années ont passé et le regard de la jeune femme n’a pas cessé de briller. Au contraire. A 26 ans, Manon – de Carvalho Coomans de son grand nom – est plus que jamais un petit paquet de lumière et de sensibilité. Après un album pop léger grâce auquel sa Belgique natale la découvrait (« Let Them Talk » en 2013, bardé du titre « Paradise »), la Bruxelloise avait envie d’aller plus loin, de dépasser les frontières de ce premier jet, voire de les effacer.

Voici donc qu’arrive le second, « Azurite », dont l’atterrissage est prévu pour le 21 avril 2017.

Un disque dont beaucoup diront qu’il est celui de la maturité, et ils auront raison, même si l’expression est un peu fade et souvent galvaudée. Car dans l’intervalle, Manon a grandi, changé, redessiné les lignes de ses envies passées. Elle s’est découverte humainement, sentimentalement, artistiquement aussi. Le processus reste en cours, précise-t-elle, « on n’arrête jamais vraiment de se chercher ». Cela donne un album personnel, plus sombre aussi, à l’écriture plus brute que travaillée, enregistré « comme à la maison » du côté de la Frette à Paris, vieux manoir transformé en studios.

22h30 : SHARKO « Acoustic Woaw »

Deux ans après « You Don’t Have To Worry », Sharko revient avec « Hometour Acoustic Woaw », un recueil « best of Sharko » acoustique de 14 titres réorchestrés. David Bartholomé (chanteur de Sharko) s’est lancé au printemps 2017 dans une série de concerts à domicile, le « hometour », visitant celles et ceux qui le désiraient dans leur maison, jardin ou appartement.
Seul avec sa guitare et sa voix (ou parfois accompagné de ses acolytes Teuk Henri ou Olivier Cox), sans sono, David prenait alors plaisir à distinguer des chansons du répertoire de Sharko jusqu’ici peu défendues sur scène et à mettre à nu celles plus connues. Si, sur cet album « Hometour Acoustic Woaw », « Minute » et « Rise Up » sont relativement proches des enregistrements originaux, « Spotlite », « You Don’t Have To Worry » ou encore « Rip Off » prennent ici une toute autre dimension. « Never » (chantée en compagnie de l’actrice de théâtre française Camille Bernon) n’a jamais été aussi touchante et « When I Was Your Age » trouve ici sa pleine mesure reggae-pop entrainante.

23h45 : GLASS MUSEUM


Basé à Tournai en Belgique, le duo instrumental Glass Museum se compose du pianiste Antoine Flipo (Uncle Waldo, Gustave Brass Band) et du batteur Martin Grégoire (Perils Of Penelope, Rince-Doigt). Influencé par des artistes de jazz moderne comme Gogo Penguin, BadBadNotGood ou Mouse On The Keys, le duo tisse une musique à la fois dynamique, lyrique, et mélancolique, emmenant l’auditeur dans un univers fragile où piano et batterie s’entrechoquent dans un éclat d’énergie.

Dès 00h45 : MARK HASH

Afterparty
DJ depuis 1999 et avec plus de 250 soirées au compteur, ses mix sont souvent éclectiques et mélangent hip hop, house, funk, rock, techno…

Ces dernières années, on a pu le retrouver à l’affiche de plusieurs festivals de la région ainsi que lors des after party des Francofolies et des Solidarités.

Il a partagé l’affiche avec Tom Barman & CJ Bolland, Charles Schillings, Bernard Dobbeleer, The Subs,…

Publicités